Tags:
  • Royal Canin
  • Chat
  • stress
 

Nos amis les chats sont, eux aussi, sensibles au stress !

, publié le Temps de lecture :

Depuis quelques années, les progrès de la médecine vétérinaire comportementale ont révélé la forte sensibilité de nos compagnons félins à de nombreux facteurs de stress, auxquels ils se trouvent particulièrement exposé par de nouveaux mode de vie.

Si le stress remplit votre quotidien, il peut également affecter nos compagnons à quatre pattes même si cette éventualité ne nous interpelle pas forcément à priori.

De nombreuses situations du quotidien sont susceptibles de perturber nos amis les chats, engendrant potentiellement des dépassements de leur capacité d’adaptation et donc naturellement amenant à un stress voire même à de l’anxiété.  Mieux les comprendre, c’est déjà les aider à bien gérer ces évènements particuliers !

Entre stress et anxiété …

Anxiété et stress sont des notions relativement apparentées entre lesquelles une frontière claire est souvent difficile à établir. Il est par contre particulièrement bien établi que les deux phénomènes, stress et anxiété, sont parfaitement observables chez l’animal de compagnie, chien ou chat.

Le stress désigne un ensemble des réactions de l’organisme qui permettent à un être vivant de s’adapter à une situation nouvelle (par exemple un changement de maison, un voyage en voiture, la rencontre d’un nouveau congénère, l’arrivée d’un bébé, la mise en pension du quadrupède pendant les vacances de son maître, …).  Lorsqu’il est maîtrisé, le stress est en soi un élément positif qui multiplie le potentiel d’adaptation de l’animal (le stress permet de s’adapter avec succès à de nouvelles situations).

Le stress peut devenir négatif quand il est excessif ou s’il perdure trop longtemps dans le temps.  Les capacités d’adaptation de l’animal sont alors vite dépassées et son organisme s’épuise.

Une conséquence fréquente d’une incapacité à gérer une situation stressante est l’anxiété.

L’anxiété est liée à l’appréhension d’une situation ressentie comme négative, voire comme une menace, par l’animal. Elle recouvre un réel malaise (tremblements, vocalisations), souvent accompagné de manifestations physiques (salivation, dilatation de la pupille, miction, vomissements, diarrhées, …).

Lorsque cet état persiste, alors que les tensions ou menaces ne sont plus nécessaires pour provoquer l’apparition ou la persistance du malaise, l’anxiété est considérée comme pathologique.

Les situations à risque …

Même si nous en sommes bien souvent inconscients, il est impératif de se rendre compte que nombre de situations de notre quotidien, qui nous apparaissent totalement anodines, peuvent revêtir un véritable caractère stressant pour notre compagnon à quatre pattes :  des changements de milieu de vie (déménagement, transformations dans le lieu de vie habituel mise en pension durant une absence prolongée du maître, séjour sur un lieu de villégiature durant les vacances…), des modifications temporaires de l’environnement (bruits inhabituels tels que les orages, périodes de solitude), ou des modifications de ses habitudes (heures de promenade, de repas) sont quelques-uns des principaux facteurs de stress et donc potentiellement anxiogènes.

L’arrivée d’un nouveau congénère (chien ou chat) dans l’environnement de vie habituel tout comme l’arrivée d’un bébé dans le cercle familial est également un facteur de stress non négligeables... Et pourtant, trop souvent, lors de ces changements de vie, on oublie les conséquences fâcheuses pour le chat !

La gestion du stress

Face à un animal stressé, pas de panique... Gardez votre calme !  Il existe des pistes de solutions afin de l’aider à surmonter cette période plus difficile mais souvent transitoire.

Votre vétérinaire vous sera naturellement d’une aide précieuse dans la gestion de cette phase perturbante et ce, par trois axes d’action principaux.

La thérapie comportementale vise à apporter des solutions qui facilitent l’adaptation de l’animal et augmentent ses capacités de résistance face à des stimulations ou des environnements stressants.  Elle permet d’agir significativement sur les manifestations néfastes du stress ou de la situation anxiogène

Afin d’intervenir sur les déséquilibres comportementaux liés au stress et aux situations anxiogènes lors de la thérapie comportementale, le praticien comportementaliste dispose aussi  d’un arsenal thérapeutiques regroupant d’une part des molécules aux propriétés pharmacologiques communes (anxiolytiques, anticonvulsivants, myorelaxantes et parfois amnésiantes) mais aussi des substances appelées phéromones : dans la nature, diverses espèces se basent sur les sécrétions phéromonales pour une véritable communication "inconsciente" entre divers congénères.  Ces messagers chimiques volatils sont capables d’entraîner des modifications comportementales et neuroendocriniennes. 

Au-delà des thérapies comportementales et médicamenteuses, la Nutrition Santé permet aujourd’hui également de prendre en charge le stress chez nos compagnons à quatre pattes.

L’utilisation de nutriments bien spécifiques permet en effet de réguler les réactions liées au stress et d’influer sur l’équilibre émotionnel du chien.  Données en anticipation de l’apparition de ces situations particulières, l’ingestion de ces aliments participe donc à renforcer les effets des thérapies comportementales et médicamenteuses… Une preuve de plus que, comme le disait Hypocrate, l’alimentation est notre première médecine !

Si vous identifiez une situation potentiellement stressante pour votre chat, agissez plutôt dans l’anticipation : parlez-en à votre vétérinaire de manière à mettre en place les moyens de diminuer au maximum le stress envisagé !

Pour plus d’informations, visitez le site www.myanimalcare.be.

Docteur Bénédicte Flament
Responsable Communication Scientifique Royal Canin Belux

7468

 



Contribuez à cet article

Un conseil à ajouter, une opinion à partager ou un complément d'information à apporter?
Cet espace est à vous!




    Afficher plus de contenu
    Fin du contenu
     
    .