Tags:
  • chaleur
  • sport
  • vélo
 

5 conseils d'hydratation pour les amoureux de la petite reine

, publié le Temps de lecture :
nGED_ID

Les 06 et 07 juillet prochain, le Tour de France sera de passage en Belgique. 3eme événement sportif le plus suivi au monde, la Grande Boucle suscitera immanquablement un engouement populaire sur les routes du plat-pays. D'autant plus que les deux étapes belges de la course au maillot jaune rendront aussi bien hommage aux classiques ardennaises (avec une arrivée au sommet du mur de Huy) qu'à celles du nord et leurs célèbres pavés.



Dossier:0

En période estivale encore plus que d'habitude, les courses cyclistes stimulent les envies sportives de tous les amateurs de la petite reine, et ce quel que soit leur niveau. Une dynamique renforcée par les températures estivales que l'on rencontre habituellement dans nos contrées à cette époque de l'année.
 
Pour tous et pour que ces sorties soient le plus agréables possible, la FIEB (Association sectorielle de l'Industrie belge des Eaux et Boissons rafraichissantes) prodigue à l'ensemble des passionnés de vélo 5 conseils hydratation.

Se préparer et récupérer : s'hydrater avant et après l'effort

Le corps humain est composé à 70% d'eau. Cette eau ne reste pas continuellement dans le corps et, sous l'effet de mécanismes physiologiques (transpiration, etc ...), les pertes hydriques induisent la nécessité de renouveler ce quota essentiel à l'équilibre du corps. Les recommandations prodiguées par  le CSS et l'EFSA mettent en avant l'importance boire au minimum 1,5 litre par jour pour une personne adulte et dans des conditions standard.
 
Bien entendu, en cas de pratique sportive, il est nécessaire de s'hydrater plus fréquemment et en plus grande quantité. S'hydrater avant une sortie cyclosportive permettra de mieux supporter l'effort. 
 
Après l'effort, l'hydratation garde une place importante et facilite la récupération. Boire en suffisance après une dépense intense permet de rétablir l'équilibre hydrique du corps et notamment de se prémunir contre les crampes consécutives à une performance physique intensive.

S'hydrater pendant l'effort: optimiser les performances

Les conséquences d'une non-hydratation durant l'effort sont multiples, nombreuses et néfastes. L'effort fait travailler les muscles et engendre une perte en eau à travers la sueur. Une perte devant bien entendu être compensée.
 
Il est communément admis que chaque litre d'eau perdu entraine une perte de performance oscillant entre 10 et 20%. Pour lutter contre la déshydratation, la norme recommande de boire entre 100 et 200 ml d'eau toutes les 15 à 20 minutes.
 
L'eau permet de "drainer"  les déchets qui s'accumulent dans l'organisme en cas d'effort soutenu, et elle est donc essentielle pour éviter les aléas causés par les crampes, la fatigue musculaire et autre perte de lucidité.
 
Une bonne hydratation durant l'effort permet également de minimiser les risques de blessure.

S'hydrater ne veut pas dire oublier de se restaurer

Les bases d'une performance sportive ne se construisent pas uniquement  grâce à une bonne hydratation. Le couple "manger-boire" est essentiel au quotidien et l'est d'autant plus dans des moments intenses sur le plan physique.

Le corps a besoin de carburant pour délivrer tout son potentiel. Si boire permet de prévenir la déshydratation, manger permettra d'éviter l'hypoglycémie.
 
En cas d'effort de plus de 2h30, des pâtes de fruits, par exemple, combinés à une hydratation suffisante permettront d'éviter les fringales et autres "coup de mou".
 
Manger au guidon n'est pas toujours une mince affaire. Si vous vous adonnez à un effort de longue durée, restez vigilant au moment de vous restaurer et profitez des portions de route plate ou en légère descente pour vous alimenter.

Ne pas attendre d'avoir soif pour boire

Si dans le passé un débat a pu avoir cours à ce niveau dans le milieu sportif (et notamment celui de l'athlétisme), il est désormais admis par l'immense majorité des acteurs du sport professionnel qu'il est dangereux d'attendre d'avoir soif pour s'hydrater. Ceci est d'ailleurs valable pour toute personne.
 
Une fois que la déshydratation s'installe, il est pratiquement impossible d'en contrer les effets en continuant son effort. Si une déshydratation modérée pourra d'abord provoquer un sentiment de fatigue et de lassitude plus ou moins important,  un déséquilibre hydrique plus fortement marqué se caractérisera notamment par une sensation de soif intense, de jambes lourdes et d'essouflement sonnant le glas de votre performance.

Choisir sa boisson en fonction de son effort

S'hydrater, c'est important, s'hydrater intelligemment, c'est encore mieux. En fonction du type d'effort délivré, différents types de boisson s'offrent aux choix des sportifs pratiquant une discipline d'endurance telle que le cyclisme.
 
Lors de sortie ne dépassant pas une ou deux heures, l'eau suffira amplement. En cas d'effort plus long, le sportif pourra se tourner vers des boissons « sportives » qui permettront d'apporter à l'organisme ce qu'il perd au cours d'une sortie cycliste, et notamment les minéraux et glucides indispensables pour une performance optimale.
 
La FIEB vous recommande vous adresser à des conseillers professionnels pour trouver les boissons "sportives" les plus adaptées à vos objectifs et vos sorties cyclotouristes.

6373

 



Contribuez à cet article

Un conseil à ajouter, une opinion à partager ou un complément d'information à apporter?
Cet espace est à vous!




 
.